Entreprise lauréate en 2013: SIGA Holding AG

Le 12 septembre 2013, la cérémonie de remise du prix Family Business Award a eu lieu pour la deuxième fois sur la Place Fédérale à Berne. En présence de près de 200 personnalités issues des milieux économiques et politiques, le Family Business Award a été décerné à la société SIGA Holding AG sise à Ruswil (Lucerne) qui peut se targuer de compter parmi les entreprises familiales les plus durables de Suisse.

Cette année aussi une centaine d'entreprises familiales suisses ont manifesté leur intérêt pour le Family Business Award qui récompense un entrepreneuriat durable et axé sur ses valeurs. En 2013, le Family Business Award a été remis à Marco et Reto Sieber, Co-CEO de la société SIGA Holding AG, par Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, Directrice du Secrétariat d’Etat à l’économie SECO et Martin Haefner, Président du conseil d'administration d'AMAG Automobil- und Motoren AG. Les forts concurrents qui étaient également en lice, Ernst Schweizer AG et Wipf Holding AG, se sont inclinés devant la SIGA Holding AG.

Le jury du Family Business Award composé de sept personnes, à savoir Hanspeter Burkhardt, Pascale Bruderer Wyss, Klaus Endress, Jürg Läderach, Monika Ribar, Thomas Staehelin et Albert P. Stäheli, avait pour tâche de présélectionner 15 entreprises parmi lesquelles trois finalistes ont été retenus. Le jury a estimé qu'en fin de compte la SIGA Holding AG avait une toute petite longueur d'avance sur les deux autres finalistes. Aussi la joie des deux entrepreneurs, Co-CEO et frères Marco et Reto Sieber, fut-elle extrêmement grande lorsque le nom des lauréats a été rendu publique. «Cette distinction, qui est signe d'une grande reconnaissance, est le couronnement de plus de 30 ans de gestion commune de notre entreprise», s'est réjouit Reto Sieber, Co-CEO de la SIGA Holding AG, et d'ajouter: «C'est très rare de voir un CEO exercer cette fonction avec succès pendant 30 ans, surtout que dans notre cas, nous sommes même deux CEO. Une telle continuité ne se voit d'ailleurs probablement que dans les entreprises familiales».